Alpa gai de bonheur

Dans un moment de partage de goûts laids et beaux c'est d'un vers commun glissant du bout des doigts que s'entendent les contacts transversaux qui à travers la transparence du cristal reflètent les pleines lies cœurs d'eaux vins desquelles naissent les mots airs qui retenus dans un ballon retombent entre averses sur les cœurs vitaux …

Lire la suite de Alpa gai de bonheur

La Fénosa pas…

Pataugeant dans l'air rance au milieu des mares tirant à elles les eaux méditerranéennes en exil la Fée n'osa point quitter ses souliers enflammés par l'effort qui dans une friction de minutes furent tout simplement lavés par une Supervielle éPonge qui rendit à l'élu art toute sa splendeur jusqu'entre les doigts de pieds © Les …

Lire la suite de La Fénosa pas…

C’est tout fée

L'Eure est venu de dormir comme un Loir dans un bal long musical Courant de jour cet effet en chant Eure a évaporé mon en nuit Alors j'ai chanté pour que les mots sillons accompagnent en musique l'Eure du par Loir muet Étouffée par nos bouilles lasses silencieuses j'ai alors tout fait pour en parler …

Lire la suite de C’est tout fée

Château de cartes

Sans craindre de se faire piquer les sillons durs et lisses de nos palais qui n'attendent pas roi Il importe de sourire la bouche bien ouverte Et si vous remarquez que certains piquent du nez devant tant d'eaux d'As dites-vous que cela tombe à pique car rire à grande bouche est un secret que seuls …

Lire la suite de Château de cartes

L’oreiller de la belle nuit

Avec-toit ce soir je dormirai à la moche étoile non loin du saule rieur avec pour seul encas une pomme de ciel comme abat-nuit Et je tiendrai au pied mon cerf-flottant qui du haut de ses couleurs arc-en-sol saluera de ses rubans bleus neiges tous les poisson-chien de la terre miaulant à basses voix dans …

Lire la suite de L’oreiller de la belle nuit

Mes deux moi ailes

Elle ne sait pas encore que ça va passer. Tous ces fracas et autres cacas de la vie qui la freinent dans son élan. Les fées calent encore devant leur cas fée. Il leur faut encore moudre le grain car elles le savent.... Il n'y a poids de blé sûr qui ne puisse être moi …

Lire la suite de Mes deux moi ailes

L’un dit cible

Embaumée de tes baisers pétillants tout en moi secrète le dictame pépitant des élans de mon cœur que tu dérobes en vol quand devenue volcanique tu renchéris en m'enserrant afin que l'indicible couronné dans son cratère reste enfoui d'un simple accord dans le secret dormant de nos corps terrestres © Les faits Plumes