A la plume

A la plume chaque semaine, un mot, une photo, une vidéo, un morceau, un tableau, un gâteau, pour après le boulot, garder le goût du OoHhh!

David Quayola – 7 janvier 2018

Collection Jardin d'été

Aujourd’hui, nous nous arrêtons sur David Quayola, un artiste que nous avons découvert cet été, à l’occasion du festival international des jardins au domaine de Chaumont-sur-Loire.

https://www.quayola.com/jardins/

Artiste reconnu de l’art numérique, David Quayola nous plonge avec « Jardins d’été » dans un fascinant univers impressionniste qui lie art et nature au moyen d’une palette somptueuse de couleurs titillant nos sens pour notre plus grand plaisir.

Un moment féérique à ne pas rater!

Agnès Obel – 13 janvier 2018

Avec Citizen of Glass qu’elle a publié à l’automne 2016, Agnes Obel est entrée dans une nouvelle ère. L’envie était alors flagrante pour la musicienne danoise installée à Berlin d’étoffer l’univers intime et si personnel qui se dégageait de ses deux précédents disques, le très épuré Philharmonics paru en 2010 et le plus dense Aventine, trois ans plus tard.

Un monde onirique contrôlé par une voix hors norme.

Nous en avons des frissons dans les plumes!

Variations sur un départ / Cie la main d’œuvres – 20 janvier 2018

Résultat de recherche d'images pour

Variations sur un départ est la preuve qu’il faut oser le théâtre comme expérience de la fraternité.

Ce spectacle nous parle de migration, de culture, de filiation, d’attachement à la terre, de déracinement, d’angoisse et surtout de courage! Oui de courage !

A travers la performance éblouissante de Katerini Antonakaki, Variations sur un départ nous parle d’une femme sur le départ pour une vie nouvelle, loin.. D’un exil… Mais que la route est longue et périlleuse avant que l’équilibre ne se trouve!

Bref, une histoire où notre Pénélope contemporaine refuse d’attendre et de subir et convertit l’épuisement et le découragement en reconquête de l’avenir.

Une performance puissante qui rend hommage au courage incommensurable de tous les exilés qu’ils soient politiques, économiques, écologiques, existentiels, artistiques…

Ainsi, quand vous en douterez, n’oubliez jamais quelle dose de courage et de force il faut pour survivre et se reconstruire après un déracinement.

Une façon de fermer le bec à tous les intolérants déplumés de leur humanité qui n’ont comme supériorité que leur faiblesse!

Courage – le mot qui nous manque – 27 janvier 2018

Résultat de recherche d'images pour

Courage que tu nous manques. De grand mot tu semble être devenu un gros mot. Tel l’optimisme, tu t’en es allé en nous laissant seuls, soumis à nous même. Que de mélancolie! On vit sur le courage des autres, sur celui de ceux qui jadis ont osé. On envie les super-héros mais Superman est épuisé de voler à notre secours. Il veut bruler sa cape!

Et si en te glissant de nouveau dans nos esprits, tu parvenais, à toi seul, à nous aider à convertir le découragement en reconquête de l’avenir. Reviens-nous, il est grand temps que nous surmontions ce désarroi qui nous colle à la peau. Nous avons perdu le courage comme nous perdons des lunettes. Nous nous sommes habitués à mal regarder le monde et à ne plus nous regarder marcher.

Allez s’il te plait, reviens! Ne te fais pas prier cela a assez duré! Promis on invitera Olivia Ruiz pour qu’elle te fasse des crêpes aux champignons!

L’art sociologique – Hervé Fischer – 3 février 2018

© Les faits Plumes

Dans les années 1970, Hervé Fischer manifeste son opposition à la culture élitiste qui anime le milieu de l’art. Pour apporter sa pierre à l’édifice de ce qu’il appelle le « décrassage culturel », il détruit ses propres œuvres et partage ce geste au sein d’une démarche collective nommé « déchirure ». Hervé Fischer inscrit son acte et ses réflexions dans le cadre d’un art qu’il appelle sociologique et dont il est l’un des initiateurs majeurs. Cette perspective lui permet d’explorer les réalités et imaginaires sociaux. En parallèle il enseigne la sociologie de la culture et de la communication à la Sorbonne. Ses pratiques artistiques sont toujours en relation avec son travail théorique.

Une petite partie de ses œuvres a été exposée au Centre Pompidou du 15 juin au 11 septembre 2017.

Nous sommes restés plumes bée!

Littérature francophone – Alain Mabanckou – 17 février 2018

Résultat de recherche d'images pour "porc epic"

Dans Mémoires de porc-épic, Alain Mabanckou revisite des lieux fondateurs de la littérature et de la culture africaines avec amour, humour et dérision. Parodiant librement une légende populaire selon laquelle chaque être humain possède son double animal, il nous livre dans ce superbe roman l’histoire d’un petit porc-épic, chargé par son alter ego humain d’accomplir une série de meurtres rocambolesques… Malheur aux villageois sur la route de Kibandi…

« donc je ne suis qu’un animal, un animal de rien du tout, les hommes diraient une bête sauvage comme si on ne comptait pas de plus bêtes et de plus sauvages que nous dans leur espèce, pour eux je ne suis qu’un porc-épic, et puisqu’ils ne se fient qu’à ce qu’ils voient, ils déduiraient que je n’ai rien de particulier, que j’appartiens au rang des mammifères munis de longs piquants, ils ajouteraient que je suis incapable de courir aussi vite qu’un chien de chasse, que la paresse m’astreint à ne pas vivre loin de l’endroit où je me nourris

à vrai dire, je n’ai rien à envier aux hommes, je me moque de leur prétendue intelligence puisque j’ai moi-même été pendant longtemps le double de l’homme… »

Hééé, ça pique, ça passe à travers les plumes !

 

 

4 réflexions sur “A la plume

    1. Je suis très contente qu’il vous plaise. J’ai adoré la performance de l’artiste. J’ai été inspirée par la profondeur de sa prestation et ceci sans aucun artifice…Elle, des mots, l’envie de donner/de secouer et un décor fait main…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s