L’or de quelques coucous

Tels des milvus migrans

les gens de passage

arrivent ici serin cini

les bras colvert de messages printaniers

et des pipistrelles plein les yeux

De quoi réjouir la pie bavarde !

cet hypolaïs polyglotte

qui sous ses airs de linotte

en a la mélodie coupée

et laisse devant tant de bonté

couler son pipit des arbres

© Les faits Plumes

17 réflexions sur “L’or de quelques coucous

  1. Me suis figuré ton visage, plume à l’oreille, faisant des allers-retours, depuis les branchages, les nuées, et vers la page d’un carnet, toujours, car toujours incomplet…
    Un poème de plus, tel un signet, dans le livre-oreiller de tes plûmeries*, Fine Del’.

    *(plume/rêveries) 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : ailleurs en filigranes – poLétique et tocs

  3. Bonjour
    PROVERBE quand on entends le coucou chanter il faut avoir une pièce dans sa poche pour attirer l’argent
    Le jour vient de se lever c ‘est l’heure du petit déjeuner
    L’occasion pour moi de te rappeler notre amitié
    Je voulais mettre un peu de sucre dans ton café
    En te souhaitant une bonne journée
    Le soir après ce petit écris pour toi
    Me rends heureux en pensant que tu es pu le lire
    Tu es un ami ou une amie merveilleuse
    Je te destine un petit bisou
    Ton ami BERNARD

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s