ô la pipelette…

Comme tous les samedis matin elle a englouti, sur le fil, sa tartine au beurre de cacahuètes puis a filé sur MesSingers pour ne pas perdre le fil de sa conversation. Elle espérait ainsi qu’on l’aiguille au sein du grand patchwork de la vie. Elle ne voulait pas en découdre. Certains y arrivaient. A filer droit. Pourquoi pas elle ! Elle en avait marre de prendre des revers et si c’est vrai que derrière sa machine elle voyait défiler un bon lot de boutonneux qui lui promettaient une vie d’ange en gardant les mains dans les poches, elle savait qu’à travers ses maux écrits se faisait son apprentissage de la vie. Ici au moins elle peut parler. De tout. De rien. De n’importe quoi. C’est pas comme à la maison où on lui dit sans cesse : « File Hélène dans ta chambre et tais toi! ». A l’école c’est pareil. Elle les a vu si souvent levés les doigts de la main de ses parents qu’elle ne veut pas lever le moindre doigt. Alors c’est reparti : »Tais-toi, file Hélène dans le couloir! » Du coup, elle est pointée du doigt. Cataloguée. Comme un banal sachet de soupe déshydratée. Oui, comme ça, instantanément asséchée. Elle rêve que le temps passe. Vite. Elle ne sait pas encore qu’un jour elle voudra le retenir ce temps précieux qui défile sous ses yeux. Si vite. Elle rêve d’un chez elle. De voler de ses propres ailes. Partir. Vite. Loin. Chez elle, elle sera âme heureuse. Elle pourra alors être amoureuse. Elle voudrait aussi un moulin pour que chacune de ses paroles ne partent pas dans les airs sans avoir fait la bise aux ailes lisses du vent. Elle voudrait écrire et lire entre les lignes d’un pays sage et extraordinaire. Elle trouvera chaussure à son pied et dans les chaussons rythmiques de son amoureux, elle mettra du parfum pour que jamais ils ne se perdent sur des routes inanimées et silencieuses. Eux, ils danseront au rythme des saisons et… Ils parleront beaucoup. Et peut-être même qu’un jour, ils écriront des chansons. Elle a déjà une petite idée pour les chœurs. Les champs sont plein d’oiseaux.

© Les faits Plumes

7 réflexions sur “ô la pipelette…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s