Sur la partance

A califourchon sur le duvet de la vie

et inféodés à notre pic d’amour

pour la chair et la terre

nous avons dompté les dés, luge à la main,

pour faire glisser nos doigts loin d’airain de la dame de fer

et retrouver le foliole d’humanité

gravé dans l’edelweiss de nos souvenirs

© Les faits Plumes

7 réflexions sur “Sur la partance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s