Membranophone en forêt

Dans l’accordéon du jour et de la nuit, les violons courent le long des hautbois où, au dessus des feuillus, quelques pies à nos côtés réveillent une clarinette d’espoir de liberté.

En même temps et juste en dessous, les guis tardivement découverts hydrolent nos yeux des sèves absorbées à quelques arbres par trompette.

L’amas de feuilles éparpillées sur le sol se gage de l’absence de trombones pour les assortir mais démontre que le tambour à sa guise les éléments d’une vie passée pour en garder un orgue de souvenirs astucieusement mis en sourdine.

Un peu plus loin, la mare à canard atteinte dans la foulée de quelques carillons s’ouvre comme une boite à musique mimant les sons d’un spectacle de caquètes.

© Les faits Plumes

L'intelligence des plantes et les bienfaits des arbres

6 réflexions sur “Membranophone en forêt

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s