Le mikado de l’oisillon

Quand les poids sont lourds à porter

et que je deviens dans ce lent élan proie facile à atteindre

par ceux qui savent vivre comme des anguilles, si vêle qui n’ont appris qu’à mettre bas

les êtres de plumes me tendent la perche qui me livre l’adresse

qui me conduit jusqu’au mis cas dos de lois sillons suprêmes

De cette envolée des plumes magiques à travers les mousses du ciel, il ne reste alors à terre qu’un vol d’âme raté

© Les faits Plumes

© Julie Van Wezemael

2 réflexions sur “Le mikado de l’oisillon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s