Paname en balade …. Épisode 2 Les Paricades

Résultat de recherche d'images pour

Vous vous rappelez sans doute de l’épisode n°1 sur le Parimaux: https://lesfaitsplumes.org/2018/01/27/paname-en-ballade-episode-1-les-parimaux/

Il est temps aujourd’hui de vous donner à voir le second épisode de notre balade parisienne sur les Paricades

Le terme barricade qui dans plusieurs langues signifie « émeutes urbaines » ou « révoltes de rue » est un mot français. Plus précisément parisien. En effet, c’est à Paris place Maubert, dans le quartier latin, que des étudiants de la Sorbonne et leurs professeurs dressèrent le 12 mai 1588, les premières barricades de l’Histoire. Le vocable lui-même fut forgé à cette occasion, à partir de l’un des objets les plus utilisés ce jour-là par les séditieux: les « barriques », des tonneaux remplis de sable et de pierres que les émeutiers entassaient pour barrer les rues. L’ironie de l’histoire c’est que comme le disait Ramon Chao et Ignacio Ramonet, dans l’atmosphère haineuse des guerres de Religion, ces premières barricades furent érigées non pas par des rebelles assoiffés de liberté mais par des factieux ultra catholiques, intolérants et fanatiques.

Les habitants de la capitale, pour des raisons qui demeurent en partie énigmatiques, ont toujours été prompts à descendre dans la rue, et ont très souvent développé un sentiment collectif frondeur à l’égard des autorités. Le mot « frondeur », est lui aussi, rappelons-le, parisien. Il vient de fronde, ce lance-pierres de facile fabrication qu’utilisaient les gamins de Paris et qu’employèrent les révoltés du Pont-Neuf en 1648 pour protester contre la politique fiscale de Mazarin. Cette émeute se métamorphosa bientôt en grande insurrection populaire avec prés d’un millier de barricades bloquant le centre de Paris. Elle devait vite se transformer en véritable révolution contre la Couronne (celle du jeune Louis XIV) connue précisément sous le nom de « la Fronde ».

Toutefois la révolte matricielle des parisiens et celle de février 1358 quand Étienne Marcel, prévôt des marchands, dirigea une insurrection des parisiens contre le pouvoir royal. Représentant du Tiers-État, Étienne Marcel incarne , en France, la montée des forces sociales qui mettent alors en crise la société féodale, en particulier le rôle du clergé et de la noblesse dont le pouvoir , devenu archaïque repose sur la possession des terres.

C’est pourquoi la rébellion d’Étienne Marcel dont la statue équestre domine aujourd’hui la Seine, depuis la mythique place de la Gréve (devenue place de l’Hôtel de ville) marque profondément l’imaginaire des parisiens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s