Un amour savoureux

Nous avons l’habitude des regards insistants qui trahissent des regards dérangés. Oui, c’est instantané, spontané presque concomitant à notre passage, cela se lit dans le regard des passants qui se disent: mais qu’est ce que ce monsieur moelleux fait avec cette dame au noyau dur?

C’est vrai que nous sommes différents mais tellement complémentaires et essentiels l’un à l’autre. Nos différences consolident notre équilibre.

Pour preuve, monsieur est certes moelleux mais il faut faire l’effort de le croquer pour l’atteindre, alors que moi, d’un coup de cuillère on peut si facilement m’amputer d’une partie de moi. Heureusement, je peux après ce mauvais coup me reposer sur l’épaule tendre et moelleuse de monsieur. D’ailleurs, cela lui fait parfois tellement mal à la mie de me voir avec un morceau en moins, qu’il me propose de panser mes plaies en me donnant un peu de sa croute pour m’endurcir. Ses attentions m’aident à ne pas me ramollir.

Et puis, il y a les jours ou monsieur moelleux se laisse un peu trop tartiner par les mielleux. En plus ils en font des tartines ! C’est le problème avec les personnes trop moelleuse comme monsieur car elles servent souvent d’airbag entre les mielleux profiteurs et les vieux morceaux de pain tout endurcis. Dans ce type de situation, c’est moi qui lui vient en aide. Je lui ai pourtant dit qu’il était préférable de se méfier de ces gens peu sincères et peu sensibles. Au moins moi, j’ai un tempérament de feu mais l’on sait ce que je pense. Du coup je tempère tout cela assez rapidement en le tartinant de guacamole. Cela évite, comme on dit en Occitan qu’il pegue trop longtemps. Il aime bien de toute façon que je le sorte du pétrin, il dit que cela épice nos vies. Cela le rassure d’avoir une femme de caractère.

Il y a aussi cette situation récente où il est rentré beurré en sortant d’entre les mains du bistrot du coing « confiture grand-maman » (ah celle-là, elle ne me facilite pas la tache!). J’étais verte de colère. Je me suis dit: sois tu laisses la moutarde te monter à l’avocat en sauce soit tu mets de l’huile et tu laisses passer ? Il a bien vu que j’étais chagrinée. Pour ne pas paraitre trop amère je m’étais aspergée de balsamique. Il a épongé de sa mie, les larmes que je ne parvenais plus à retenir. Ce n’est jamais bon un avocat qui broie du noir. Je pense qu’il a retenu la leçon.

Finalement c’est vrai qu’une femme avocate cela peut impressionner. Il faut avoir un sacré noyau pour exercer cette profession. Avec elles, ça passe ou ça tapas. Mais cela se voit que vous ne vous êtes jamais étouffé dans les affaires avec de la mie de brioche car vous verriez sans doute les choses très différemment.

Alors la prochaine fois que vous nous croiserez, rappelez vous que ce n’est pas parce que dans vos pratiques culinaires, il n’est pas courant de mélanger de l’avocat avec de la brioche, que cela n’est pas un festin. N’oubliez pas que vos goûts et vos recettes ne sont que constructions sociales et qu’une brioche et un avocat sont aussi bien assortis que deux brioches ou deux avocats ensembles. C’est l’amour qui en explique toute la saveur…

4 réflexions sur “Un amour savoureux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s