La Commedia Dell’Arte : l’anti-thèse de l’individualisme – Épisode 1

Résultat de recherche d'images pour "commedia dell'arte"

Ne perdons pas de temps à essayer de rechercher les origines de la Commedia dell’Arte puisque nous n’en savons rien !

Concentrons- nous plutôt sur ce que nous savons, ressentons….

Nous savons que la scène se passe vers 1560, bien évidemment en Italie, dans une petite ville où l’on ne se contente pas de mettre en exergue des statues…

Regardez! Une petite troupe de cinq comédiens vient de dresser des tréteaux, de dessiner un décor au charbon (c’est malin, l’un d’eux à les mains toute noires!). C’est une époque où l’on pense encore que la venue des comédiens apporte la pluie tant attendue parce que l’on confond encore le mot histrioni (comédiens) et le mot stregoni (sorciers). En même temps, il faut bien admettre que nos anciens avaient un sens de l’appréhension de l’art du spectacle de rue plutôt déguisé, heuuu pardon, aiguisé. Qu’est ce qu’un comédien sans une dose de magie et de sorcellerie et des spectateurs qui ne se laissent pas ensorcelés et croient en la sorcellerie?

Vous les voyez? Si regardez bien? Ils répètent. Pendant que la signora habillée en homme parcourt pacifiquement, une épée à la main, la foule pour annoncer le spectacle, Arlequin (oui c’est le plus coloré) cherche l’âne sur lequel il est monté…

La Commedia dell’Arte est un théâtre anti-littéraire. Elle se joue non à partir d’un texte soigneusement rédigé mais à partir d’un canevas qui intègre des interactions multiples avec le monde environnant. A partir de là, les acteurs improvisent et construisent un dialogue. La pièce est ainsi une sorte de création collective.

Dans ce système, tout repose sur l’acteur et la vivacité de ses répliques. Mais attention il suffit que l’un de ses partenaires lui gâchent ses effets pour que toute sa mise en scène tombe à l’eau… (Que me dites-vous? Que vous vivez cela tous les jours au travail ? Je n’en doute pas). C’est en ce sens que la Commedia dell’Arte est le symbole même de la solidarité, l’émanation de l’œuvre collective, l’antithèse de l’individualisme, la performance sublime de l’intelligence collective mise en action au service de l’un pour le bien être de tous. En effet, les partenaires doivent savoir s’effacer au bon moment ou au contraire intervenir promptement pour l’aider lorsque l’inspiration lui fait défaut (Pardon ? Ah oui vous me dites que cela vous semble très éloigné de nos univers de travail. Ce n’est pas faux…).

Au final dans ce type théâtral, la parole n’est pas la ressource essentielle. C’est le physique de l’acteur, la composition de son personnage, son allure, son costume et sa façon de se tenir qui décident de son succès.  C’est pourquoi, le côté comique de ce théâtre réside dans les ridicules ou les monstruosités de la nature, les visages déformés, les nez caricaturaux, les fronts pointus, les cranes chauves, les longues oreilles et les jambes torse.

Ben oui !! Vous avez tout compris, c’est à cela que tient le succès des masques !

Et s’il vous vient à tout hasard l’idée de rajouter une plume à votre masque, sachez que ce petit détail pourrait bien faire la différence.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s